L’impression d’avoir failli à mon tout-petit…

Dieu sait que non pourtant, de l’extérieur certains croient que c’est mon chouchou, je l’ai allaité quasi 3 ans, nous sommes très fusionnels etc etc mais depuis quelques temps il me fait de la peine.

Nous avons toujours considéré qu’il était « facile » et c’est vrai que nous avons employé énormément d’énergie à tenter de régler les soucis d’Elyah, avec l’école, son hyper-émotivité tout ça… Et puis Elyah sans le chercher vraiment se fait beaucoup remarquer par ses connaissances, on nous dit tellement souvent qu’il est « doué », « intelligent » etc.

L’autre paramètre à prendre en compte c’est qu’ils n’ont qu’un peu plus de deux ans d’écart. Solal a été, à l’époque où ça n’allait pas très bien niveau interactions sociales, le « meilleur ami » d’Elyah comme il le disait lui-même, je crois qu’il n’a pas conscience d’être plus petit, et il est de plus en plus frustré de ne pas savoir faire tout ce que fait son frère, de ne pas vivre les mêmes choses.

Il voudrait savoir lire, il voudrait perdre ses dents lui aussi etc…

De plus en plus souvent je l’entend se dévaloriser, dire que lui n’est « pas assez fort » et sans exagérer ça me fend le coeur. Il éclate en sanglot, on voit bien qu’il en a gros sur le coeur, que ce n’est pas quelque chose de facile. On a beau le détromper le valoriser, on dirait que c’est inscrit en lui, qu’il ne sera jamais aussi « fort ».
Je ne sais pas trop quoi faire. Objectivement (ou pas :pancarte:) il est vif et talentueux, il a un don pour faire sourire, il chante excessivement bien pour un enfant de son âge et puis il a une mémoire d’éléphant. Il ne sait pas autant de choses « scientifiques » que son frère à son âge mais c’est uniquement pas manque d’intérêt je pense parce que c’est un vrai magnétophone, il peut ressortir mot pour mot des choses qu’on lui a dit des jours avant. C’est sans aucun doute un petit garçon brillant.

Mais intuitivement, je sens quelque chose sous l’apparence du petit rigolo, un fragilité qui m’inquiète un peu… j’ai parfois l’impression qu’il s’est coulé dans cet image d’enfant « facile » parce qu’on ne lui a pas laissé d’autre choix, dépassés qu’on était par la situation avec Elyah, comme s’il n’avait pas pu exprimer certaines choses, qu’il ne s’y était pas senti autorisé, qu’il n’avait pas voulu être un poids pour nous.

ça me heurte de voir à quel point on a fait la version masculine des mes nièces ! on se retrouve dans les mêmes schémas avec un aîné un peu geek en décalage et un deuxième qui se croit « moins tout »… j’appellerais ma BS ce soir tiens… dans leur cas la petite a été testée car elle le voulait… heureusement elle a été déclarée EIP elle aussi avec un QI homogène à 146 je crois, donc équivalent à celui de la frangine… la grande veut être paléontologue ou archéologue… la petite artiste de cirque ou rock-star *coeur

Bref mon coeur de maman saigne pour ce petit bout que j’aime plus que ma vie et je ne sais pas quoi faire pour réparer.

J’avoue je paniquais…

Parce que l’ovulation semblait ne pas vouloir venir. Je pense que j’angoisse énormément de retomber dans las anciens shémas de cycles qui n’en finissent pas , jouent sur ma santé etc etc… bref ça n’allait pas très bien.

Et puis depuis 3 jours pertes d’ovu et hier test d’ovu positif à J19… certainement une ovu aujourd’hui à j20. C’est pas le mieux que j’ai fais, mais comme dit chéri, après la tonne de médoc du cycle précédent c’est peut-être pas étonnant.

On a bien tépété mainenant ce n’est plus entre nos mains.

la complainte de la femme au foyer…

Oui j’avoue j’ai du temps pour moi… je peux jouer du piano ou trainer sur le net entre la bouffe, le ménage le linge et les gosses, je mesure mon bonheur de pouvoir être présente, ne rien louper de leur enfance, de pouvoir « en profiter », mais vous savez-quoi ? parfois, un jour comme aujourd’hui, j’envisage sérieusement de retourner vite au boulot pour me « reposer »…

Je vous arrête tout de suite, je sais que le boulot peut-être épuisant… je n’ai pas passé ma vie d’avant à feignasser au taff… quand je parle de me reposer, c’est me reposer psychologiquement… je suis épuisée de devoir toujours être aux aguets pour que les choses roulent que personne ne se blesse, que les choses s’enchainent « smoothly ».

Vous avez sans doute toutes lu la BD sur la charge mentale qui a tourné sur internet il y a quelques semaines. Quand je l’ai lu mazette ! j’en avais les larmes aux yeux ! j’avais enfin un nom à mettre sur ce que je ressentais depuis des années.

Vous me direz « oui ! mais c’est sans doute pire pour celles qui travaillent non ? »

Je ne suis pas sûre.

j’ai été pendant deux ans après la naissance d’Elyah la maman qui travaille et qui est en charge en même temps… je me plaignais déjà à l’époque de devoir tout assumer : l’intendance, penser au RV qu’on a enchainé avec Elyah, dialoguer avec les médecins, la crèche, décider de leurs repas, gérer qu’ils aient toujours des fringues propres et à leur taille, penser au pique-nique pour la sortie de la crèche, et je trouvais qu’en plus du travail c’était vraiment la double-peine…

Avec le recul je me trompais, en ce qui me concerne je préférais quand je travaillais : au moins j’avais 8 heures dans ma journée où je pouvais débrancher… je continuais de devoir faire marcher ma tête et mon corps, mais ça n’a rien à voir, j’avais un taff de recherche stimulant et surtout où j’étais en autonomie et où la seule personne dont je devais tenir compte (grossièrement hein, bien sûr j’avais des supérieurs, mais ils avaient confiance, me laissaient m’organiser) c’était moi… franchement je suis peut-être une horrible maman, mais je ne pensais pas à eux un seul instant dans la journée.

Là, tout tourne autour du ménager, de la maison, des enfants, je ne pense qu’en fonction de ça…

J’ai un chouette mari me direz-vous ? oui ! je ne sais pas comment celle qui vivent avec de vieux cons qui ne foutent rien font pour ne pas les dessouder.

Le truc dur aussi c’est que ça ne s’arrête jamais. pas de WE, pas de vacances, jamais de cassure de rythme.

Bref pour la faire courte, j’en ai ma claque, je me rêve de me barrer pendant quelques jours… genre en club ou à Disneyland tiens ! et de ne penser qu’à ma poire… mais bon, toute seule c’est assez naze… alors je ne le fais pas… si y’en a que ça tente n’hésitez pas hein ! contactez-moi !

 

Cette douleur…

Je sais que ça sera peut-être déplacé au vu de ce que vivent certaines d’entre vous en ce moment, mais si je gère bien l’échec de nos TECs, il  y a une chose que je ne vis pas bien, c’est cette impression de ne pas pouvoir apporter ce petit dernier à mes enfants… j’ai l’impression de leur faire défaut, de les spolier, d’être la mère nulle qui n’est pas foutue de tomber enceinte sans aide.

Mon grand est complètement fasciné par les bébés et tellement mignon avec eux, je fonds. Il a terriblement envie d’une petite soeur ou d’un petit frère. J’ai tellement envie de lui faire ce bonheur… je me sens tellement nulle de ne pas en être capable. Moi qui ne suis plus pas croyante je me surprend à supplier je ne sais qui ou quoi à chaque fois que je tombe sur la photo d’un enfant portant un nouveau-né dans ses bras, je pleure, j’ai mal dans la poitrine…

C’est assez naze. Ma vie est belle, LEURS vies sont belles mais pourtant, comme j’aimerais… en ce moment je suis assez pessimiste, ne me demandez pas pourquoi j’ai du mal à y croire… certainement parce qu’aujourd’hui j’en suis à J16 et que je n’ai aucun signe d’ovulation.

J’en appelle à vous : j’ai besoin de coup de pied au fesses, de gens qui y croient, j’ai besoin qu’on me dise que je ne suis pas folle d’espérer un miracle.

Je ne boirais plus jamais !

LOL

Hier c’était la fête de notre rue. Initiative lancée il y a 6 ans par deux joyeux drilles du quartier et qui perdure depuis c’est sympa, convivial, les grands enfants qui ont quitté le nid reviennent à cette occasion, les gens qui ont déménagé aussi.

Bref comme je vous l’ai déjà dis je suis une ourse. J’y allais à contrecoeur, impressionnée à l’idée de cette foule de gens que je ne connaitrais pas. Mais ça c’était avant LOL.

Au titre vous l’aurez compris ça c’est plutôt très bien passé. Et se prendre une cuite avec le papa du meilleur copain de Solal, grand beau mec hyper effacé que tu croises depuis deux ans et qui semble timide et réservé ça n’a pas de prix… et puis réservé mon cul lol… ça faisait une éternité que je n’avais pas autant ri, cette homme est fou. On a rencontré plusieurs couples de voisins de notre âge, hormis un gars de 41 ans et une femme de 37, nous allons tous avoir 40 ans à notre prochain anniversaire.

Les enfants ont été adorables ils se sont très bien comporté, on m’a beaucoup félicité sur leur attitude, Elyah est tombé en amour d’un bébé de 9 mois, petit-fils d’une de nos voisines, il a passé énormément de temps avec lui, à le faire rire, lui parler etc c’était adorable (même si j’avoue que ça m’a un peu fendu le coeur), ils ont ensuite joué dehors avec les autres jusqu’à pas loin de minuit, puis sont venus d’eux-même nous demander à aller se reposer.On s’apprêtait donc à partir quand la maman de Léo nous a proposé des coucher les petits chez elle : sa maison était près du site de la fête, et avantage considérable elle a une grande fille de 18 ans qui était à la maison et pouvait gérer les petits…

Résultat on a picolé jusqu’à plus de 3 heures du matin, j’avoue avoir quelques blancs sur la fin de soirée. Une chose est sûre on s’est bien amusés.

Comble du bonheur les gamins ont dormi jusqu’à 11 heures ce matin.

Je me suis réveillée spontanément à 10h30 encore un peu pompette et la journée a commencée avec une demi litre de flotte et deux dolipranes. Et honnêtement ça va. Bon par contre je ne ferais pas ça tous les WE soyons d’accord. Certaines mamans de mes contacts FB font la fête TOUS les WE sans exception (le vendre et le samedi) et à la moindre occasion en semaine, franchement je ne sais pas comment elles font.

Mais c’était sans conteste marrant, l’impression de remonter le temps.

Gaëtan y est retourné avec Solal ce midi pour aider à démonter. Grosse fatigue pour tout le monde.

Et puis comme il était jaloux

Les yeux du petit DSC01516

On partait de ça… il les a gardé comme ça jusqu’à 18 mois, tout le monde disait qu’il aurait les yeux bleus de papa

680481_10151251448355690_368992125_o

Au final d’ici à ce qu’à l’âge adulte ils aient les yeux de la même couleur (mes yeux verdissent en continu depuis l’enfance) y’en a pas pour des km